Voyance et société

Combien gagne un voyant ?

Comme nous l’avons vu dans mon article « la voyance une nébuleuse non réglementée » Pour exercer de manière légale   le voyant à de Fotolia 49593117 smultiples solutions. Il peut s’installer en tant qu’auto entrepreneur, travailleur indépendant, exercer en société ou bien en portage salarial.

Si la majorité des voyants exerce sous l’appellation de voyants médiums cartomanciens … d’autres par crainte des jugements de leur entourage envers une profession qui souffre de clichés   négatifs, exercent sous des appellations diverses et variées comme coach intuitif, thérapeute intérieur, énergéticien.

Enfin beaucoup de voyants exercent sans être déclarés préférant des revenus « au noir » à la prise de risque qu’est le lancement d’une telle activité.
Concernant le revenu des voyants le sujet reste tabou en France pour toutes les catégories socio professionnelles et celle des praticiens de la voyance ne déroge pas à la règle.

Lire la suite

Comment choisir un « bon » voyant

Comment choisir un « bon » voyant dans une profession désorganisée ?Fotolia 36588670 s

Peut-on se fier aux guides, forum , avis sur internet ?

Aujourd’hui  il n’y a aucun organisme  association syndicat  qui structure et fédère les professionnels de la voyance.

Il n’y a pas non plus de revues professionnelles, centres de formation  auprès desquels les praticiens  pourraient se former  avant de s’installer ou en cours d’exercice.

Aucun diplôme n’étant exigé pour s’installer et exercer comment reconnaitre  les professionnels ayant de réelles capacités intuitives  des autres ?

Lire la suite

La voyance une nébuleuse non réglementée

Pour le droit français, jusqu'en Medium daumier d 395 kol1994, l'exercice de la voyance était un délit prévu par L’article R.34-7° du code pénal. Cet article punissait d’une contravention de troisième classe « les  gens qui font métier de deviner et pronostiquer, ou d’expliquer les songes ».

Le 1er mars 1994, les législations répressives de 1834 et de 1945 ont été amendées par la suppression de l'article R.34-7. Le législateur qui a dépénalisé l’activité de prédire l’avenir n’a pas pris le risque de réglementer la profession.

Aujourd’hui aucun texte officiel ne définit ce qu’est un voyant ou une consultation de voyance.

Il n’existe aucun organisme officiel qui structure et regroupe entre eux les voyants professionnels. Il n’y a pas de syndicat, d’association ou d’institut officiellement et unanimement reconnu par la profession.

Tout un chacun peut s’autoproclamer voyant et exercer sous différentes formes, sans titre, diplôme ou expérience.

Lire la suite